Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

vendredi 21 janvier 2022

Bourla, en visiteur médical chez BFMTV

 

Bourla, visiteur médical en visite chez BFMacreux

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, est venu faire son petit laïus de visiteur médical auprès de BFMacreux. Enfin... venu... c'est une façon de parler puisque dédaignant se déplacer en personne faire sa petite réclame, il est resté dans son bureau new-yorkais pour faire son interview par visio-conférence. Un visiteur médical en télétravail en quelque sorte...

La journaleuse de BFM accueille donc son visiteur médical comme jamais un toubib n'a reçu un visiteur médical:  avec obséquiosité, servilité, docilité et flagornerie.

Vous trouverez ici cette interview :

https://www.bfmtv.com/economie/covid-19-l-interview-exclusive-du-patron-de-pfizer-sur-bfmtv_VN-202201170075.html

Mais Saucisson-Pinard vous la résume là. Il y ajoute les questions et remarques (en italique) qu'il aurait posées, quant à lui, s'il avait été à la place de cette journaleuse très complaisante, ou simplement à la place d'un médecin un tant soit peu curieux face à ce visiteur médical tentant de lui vendre sa soupe.

Afin que vous puissiez vérifier que Saucisson-Pinard ne trafique pas et n'interprète pas les paroles parfois stupéfiantes de l'un ou de l'autre, il vous précise pour chaque réplique à quel endroit de l'interview se situe le propos sur l'enregistrement.


BFMTV à 0:00 : Bonjour M. Bourla. Merci de nous accorder cet entretien...

Saucisson-Pinard : Autrement dit, comme c'est gentil et très aimable de votre part d'accepter cette première interview pour nous dire sur BFMacreux tout le bien que vous pensez de votre produit !

BFMTV à 0:13 : Vous êtes le grand champion de la pandémie...

Saucisson-Pinard : Champion ? En tous cas, pas pour avoir circonscrit cette pandémie. Mais sans nul doute pour l'avoir exploitée magnifiquement pour faire un maximum de pognon.

BFMTV à 0 :17 : et votre vaccin est devenu une arme incontournable contre le Covid...

Saucisson-Pinard : Incontournable quand il s'agit de vouloir y répondre par un vaccin, puisqu'il y a une situation de quasi-monopole, mais si on veut s'affranchir de cette obligation purement gouvernementale, on peut très aisément le « contourner », avec quelques précautions et une bonne hygiène de vie, et parfois des recours à des traitements efficaces...

BFMTV à 0:43 : A votre avis, allons-nous avoir de nouveaux variants ?

Bourla : Je ne sais pas, mais ce qui est important, ce n'est pas de savoir s'il y a le virus présent ou pas, c'est de retrouver un semblant de normalité, un retour à la vie d'avant... en se faisant inoculer mon formidable produit tous les trois mois !

Saucisson-Pinard : La vie d'avant avec une injection tous les 3 mois ? Pour retrouver notre vie d'avant, vous nous dites donc qu'on peut tous aller nous faire inoculer !

BFMTV  à 3:32 : Monsieur Bourla, avez-vous un nouveau produit à nous proposer, spécifiquement contre le variant omicron ? (On a hâte !)

Bourla : Oui, nous allons réussir à avoir un nouveau vaccin pour répondre à la particularité du variant omicron en 100 jours ! C'est très rapide !

Saucisson-Pinard : Ah bah c'est sûr ! Alors qu'un vaccin en général demande, entre les délais de mise au point, celui des essais cliniques, celui des vérification d'innocuité et le délai de formalités de conformité aux impératifs d'autorisation de mise sur le marché, au moins une bonne décennie, 100 jours c'est effectivement rapide! Surtout avec une technologie, celle de l'ARN messager sur laquelle nous n'avons absolument aucun recul !

BFMTV à 6:56 : Israël et le Chili sont déjà au niveau de la 4e dose. Combien de temps après la 3e dose, cette 4e dose est-celle souhaitable ?

Bourla : Nous n'avons pas encore les données actuellement ! Nous sommes en train de la tester mais nous n'avons pas encore les conclusions !

Saucisson-Pinard : Donc vous répondez favorablement à la demande de gouvernements pour injecter une 4e dose, alors que vous ne savez pas quelles peuvent en être ni l'utilité ni les conséquences ? Dingue, non ?

BFMTV à 9:18 : Est-ce que la maîtrise de la pandémie passera par la vaccination des petits ?

Bourla : Je pense qu'il faut vacciner les enfants pour les protéger !

Saucisson-Pinard : Ben voyons ! Vous dites vous-même que votre vaccin ne fait qu'éviter les formes graves, mais vous soutenez qu'il faut vacciner les enfants qui ne développent jamais les formes graves ?

Bourla à 9:40 : C'est l'objectif numéro 1 !

Saucisson-Pinard : Ça ne serait pas par hasard de faire encore plus de pognon au mépris de la santé des enfants, plutôt?

BFMTV à 10:32 : En France et ailleurs dans le monde, des parents sont inquiets à propos d'éventuels effets secondaires de votre vaccin sur les enfants. Que pouvez-vous nous dire sur les effets secondaires à partir des études que vous avez menées ?

Bourla : C'est vrai qu'il y a des parents inquiets mais cela représente un faible pourcentage par rapport aux parents qui sont confiants. La protection en fait, est très très bonne, pour les enfants. C'est un tiers de la dose des adultes qui est inoculé aux enfants. La question n'est donc pas de savoir si c'est sûr ou non, c'est de savoir si c'est efficace ou non !

Saucisson-Pinard : Donc en résumé, on se fout de savoir s'il y a des effets secondaires ou pas. On ne juge que sur un plan d'efficacité ! Et en attendant, t'as pas répondu à la question qui était : y a-t-il des effets secondaires à attendre avec la vaccination des enfants !

BFMTV à 10:35 : Maintenant, mon cher visiteur médical, je vous donne l'opportunité de me vendre votre nouveau produit, en traitement cette fois, de la Covid, votre Paxlovid.

Bourla : Là encore, c'est un produit qui a été mis au point en un temps record. A lieu de découvrir une molécule, nous la concevons ! C'est ce qui a permis un délai de mise au point aussi court !

Saucisson-Pinard : En quoi la mise au point d'un traitement dans un délai très court est-elle un gage de sécurité et d'efficacité ? Quelle différence faites-vous entre une mise au point rapide et une mise au point bâclée? Et concevoir une molécule plutôt que d'en trouver une dans la nature ne relèverait pas plutôt d'un délire de Dr Folamour ou de Frankenstein ?

BFMTV à 14:07 : Pourquoi avez-vous investi en France dans le sud-ouest, pour la fabrication de votre Paxlovid ?

Bourla à 14:44 : Parce que nous avons besoin de personnes très qualifiées et la France a ces personnes. Nous sommes dans le domaine de la Santé, et c'est important d'investir dans des services ayant des personnes très qualifiées, ce n'est pas comme si on travaillait dans une usine qui fabriquent des téléphones...

Saucisson-Pinard : Ah ? Les fabricants de téléphones n'ont pas besoin de personnes qualifiées??

Bourla à15:33: Le nom de notre marque est très important. Quand les gens voient le nom de Pfizer, ils voient ça comme un gage de qualité.

Saucisson-Pinard éclate de rire : Gage de qualité ? Pouvez-vous nous rappeler le montant total des amendes, qui se chiffrent en milliards de dollars, auquel Pfizer a été condamné aux Etats-Unis pour fraude, fausses allégations, contournement des réglementations en vigueur et autres peccadilles?

BFMTV à 15:53 : Revenons au Paxlovid. ( Parce que je ne vous ai pas encore donné le temps de bien me vendre votre soupe.) Quand sera-t-il disponible et la France vous en a-t-elle déjà commandé ?

Bourla : Nous sommes en phase finale de finalisation de commande et de négociation (!)

Saucisson-Pinard : Avec des contrats aussi secrets que ce qui a prévalu pour l'achat par la France de vos vaccins?

Bourla à 16:23: C'est un produit que vous prendrez quand vous êtes malade. Vous avez le covid, vous prenez Paxlovid et vous êtes traité. Ça diminue fortement le risque de mourir ou de développer une forme grave.

Saucisson-Pinard : Bah alors, que devient l'intérêt de se faire vacciner, puisque la finalité du produit semble être la même ? Et si il y a un traitement, l'AMM (autorisation de mise sur le marché) provisoire du vaccin, tombe, puisque cette autorisation officielle n'est permise qu'en l'absence d'un traitement !

BFMTV  à16:59 : : Je répète que Pfizer est le champion de cette pandémie ! Combien de vaccins avez-vous écoulé dans le monde depuis le début de cette crise sanitaire?

Bourla : A fin 2021, nous avons produit 3 milliards de doses, nous en avons expédié 2,6 milliards dans le monde.

BFMTV à 16:34 : Pour quel chiffre d'affaires total ?

Bourla : En 2022, environ 36 milliards de dollars.

Saucisson-Pinard : On vous demande le chiffre d'affaire de vos 2,6 milliards de doses et vous répondez par le chiffre d'affaire prévu en 2022 ! Pourtant, 2022 reste une prévision, forcément moins précise que votre CA réellement réalisé en 2021 et que vous ne pouvez pas ignorer ! Est-ce que c'est pour éviter qu'on calcule le prix unitaire de la dose facturé aux gouvernements dans un contrat secret ? On en déduit cependant que si vous vendez autant de doses en 2022 qu'en 2021, cela fait le prix unitaire de la dose à 13,8 dollars! Pas mal, non?

BFMTV à 17:52 : Que répondez-vous (aux mal-pensants) qui disent que vous vous êtes enrichis durant cette crise ?

Bourla : Il n'y a pas d'entreprise qui mérite plus que nous de faire des bénéfices parce que nous avons aidé l'humanité !

Saucisson-Pinard : Aider l'humanité ? Que répondez-vous à tous ceux qui souffrent aujourd'hui des effets secondaires de votre vaccin ? Aider l'humanité ? qu'en pensent les familles qui ont perdu un proche victime de l'injection de votre vaccin ?

Bourla à 18:26 : C'est un business très risqué, et il est normal d'être récompensé pour avoir pris ces risques.

Saucisson-Pinard : Quels risques ? Vous bénéficiez d'une AMM de faveur qui vous dispense de respecter les règles habituelles inhérentes à la distribution d'un vaccin à travers le monde, vous faites signer des contrats qui vous dégagent de toute responsabilité en cas de problèmes et de tous recours juridiques, alors où sont les risques?

BFMTV à 19:05 : Est-ce qu'on maîtrisera cette épidémie sans vacciner massivement le continent africain ?

Bourla : Il faut vacciner le monde entier !

Saucisson-Pinard : Pas besoin donc de rappeler au passage l'observation selon laquelle moins un pays est vacciné, et moins il y a propagation du virus ! Le continent africain est très révélateur à ce niveau. Mais ça serait indécent d'en faire la remarque, n'est-ce pas ?

Bourla à 19:53 : Les stocks sont maintenant disponibles pour les pays africains mais nous devons travailler à sensibiliser les populations pour qu'il n'y ait pas de réticences.

Saucisson-Pinard : Est-ce la mission d'un laboratoire pharmaceutique de faire le bourrage de crâne des populations pour les convaincre de prendre un produit de prescription qui ne doit pas en principe faire l'objet de publicité grand public, contrairement aux produits OTC ?

BFMTV à 20:35 : Que diriez-vous aux personnes qui refusent de se faire vacciner ?

Bourla à 21:40: Ce sont des personnes minoritaires, qui ne veulent pas se faire vacciner pour différentes raisons. La principale, c'est la peur. Peur des piqûres, peurs irrationnelles.

Saucisson-Pinard : Mais ces peurs, comme vous dites, ne sont-elles pas motivées par le nombre croissant de témoignages d'effets secondaires graves, parmi lesquels notamment des problèmes cardiaques dont des AVC fatales?

Bourla à 22:00: Je dirais à ces personnes que la décision de ne pas se faire vacciner n'a pas un impact uniquement sur elles, mais sur les autres aussi, sur ceux qu'elles aiment, leurs voisins, leurs grands-parents, leurs enfants, les conjoints.

Saucisson-Pinard : Ça c'est le refrain habituel, mais pouvez-vous développer ? Car, vous reconnaissez que votre vaccin n'empêche pas la transmission, alors comment le non-vacciné peut-il nuire à son entourage davantage que n'importe quel vacciné ? Si vous vous mettez de la crème solaire et attrapez quand même un coup de soleil, vous allez dire que c'est de la faute de celui qui n'a pas mis de crème solaire?

Bourla à 22:30 : Surmontez votre peur par l'amour. Car chez l'humain, le seul sentiment plus fort que la peur, c'est l'amour !

Saucisson-Pinard : Amen. Ite missa est. Alors là, voilà une argumentation plus religieuse que scientifique qui sort du cadre de ce qu'on entend généralement dans le laïus d'un visiteur médical ! Vous allez nous donner la bénédiction maintenant?

BFMTV à 22:48 : Merci infiniment, Monsieur Albert Bourla, d'avoir donné cette première interview à une télévision française... merci infiniment...

Saucisson-Pinard : Fallait effectivement vous « remercier infiniment » (deux fois!) d'avoir pris la peine de nous asséner votre discours de représentant de commerce qui n'a pas d'autres buts, faut-il le rappeler, que de vendre toujours plus de votre camelote potentiellement mortelle pour engranger encore davantage de profits. Cela fait près de 25 mn de publicité gratuite que vous venez de vous offrir, et au prix de la minute de spot publicitaire normalement facturée à une heure de grande écoute, vous venez de faire une (nouvelle) excellente affaire! Bravo !



Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.







En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur. (Femme ou homme, parce qu'il en faut pour tous les goûts !-D )

dimanche 9 janvier 2022

Discussion avec M. Mougeon.

 


Saucisson-Pinard vous présente Monsieur Mougeon. De père Mouton et de mère Pigeon, Monsieur Mougeon a profité de la dernière loi présentée par Ducon-Moretti pour changer son nom afin de ne pas privilégier un de ses ascendants à la défaveur de l'autre.


Ici en résumé la discussion que Saucisson-Pinard a eu récemment avec Monsieur Mougeon.

- Mougeon : Saucisson-Pinard, vous n'êtes pas vacciné, vous n'êtes qu'un sous-citoyen.

- Saucisson-Pinard : Bien. Vous me rembourserez donc les impôts que je viens de payer comme citoyen de plein droit.

- Mougeon : Vous êtes irresponsable ! En n'étant pas vacciné, vous mettez en danger la vie de ceux qui vous entourent.

- SP : Vous voulez dire la vie de ceux qui ne sont pas vaccinés ?

- Mougeon : Non, la vie de ceux qui sont vaccinés !

- SP : Bah, si vous vous êtes vacciné, c'était bien pour vous protéger du virus, non ? Alors, si vous y croyez, que craignez-vous ?

- Mougeon : Mon vaccin évite les formes graves.

- SP : Donc votre argument de votre vie en danger ne tient plus. Et pourquoi voulez-vous alors vacciner les enfants qui n'ont jamais de formes graves ?

- Mougeon : Bon, euh... c'est un autre sujet... En n'étant pas vacciné, vous continuez de propager le virus !

- SP : Vous savez qu'en étant vacciné, vous le propagez aussi ? Même sur BFMacron, ils sont obligés de le reconnaître !

- Mougeon : Bon... euh... c'est un autre sujet.. Vous mettez en danger la vie de ceux qui ne sont pas vaccinés !

- SP : De ceux, donc, qui font le même choix que moi. Ils prennent donc leurs risques en toute connaissance de cause, tout comme moi. Le slogan « mon corps, mon choix » ça vous dit quelque chose ? Encore plus justifié aujourd'hui que lorsqu'il était utilisé par les pro-avortements puisqu''en l'occurence, on ne parle bien ici que de son unique corps personnel et non pas du corps d'autrui, celui que porte la femme enceinte. Quelque chose à redire à ça ? D'ailleurs, ces non-vaccinés prennent un risque identique en vous côtoyant puisque vous êtes propagateur potentiel.

- Mougeon : Vous encombrez les hôpitaux aux dépens des vaccinés qui auraient à y être pour d'autres pathologies !

- SP : Savez-vous qu'au plus fort de l'épidémie, les infectés Covid graves ne représentaient que 2% des lits occupés en hôpital ? Aujourd'hui, c'est encore moins. En outre une majorité de ces lits sont occupés par des vaccinés 2 et 3 doses, les non-vaccinés y sont minoritaires. Et on remarque qu'en 2020, année de l'explosion des cas, Macreux a quand même supprimé 5700 lits dans l'hôpital public...

- Mougeon : Bon... euh... c'est un autre sujet...

- SP : En revanche, savez-vous qu'en étant vacciné vous courrez désormais plus de risques d'être infecté par le variant Omicron que moi qui ne le suis pas ? Pour le coup, ça va être à vous d'assumer. Ou pas, d'ailleurs, parce que de toutes façons, vous ne pourrez pas revenir en arrière : votre système immunitaire est désormais affaibli alors que le mien ne peut que se renforcer.

- Mougeon : En attendant, vous ne pouvez pas profiter des restaurants, des voyages en train ou en avion, du ciné, du théâtre...

- SP : Vous voyez bien que, vous comme moi étant porteur et propagateur potentiels du virus, ce pass, sanitaire ou vaccinal, n'a plus aucune justification sanitaire. Ça ne vous choque pas qu'à l'entrée d'un restaurant, par exemple, un non-vacciné porteur de test négatif soit rejeté et qu'un vacciné éventuellement contaminé (et donc contaminant) soit accepté ? C'est juste une mesure de coercition politique dont vous êtes l'idiot utile. Pendant l'Occupation, il y avait des gens comme vous, Monsieur Mougeon, qui étaient les idiots utiles des Autorités en place. La grande majorité d'entre eux était composée de péquins qui subissaient en silence. Et puis il y avait ceux qui profitaient de la situation. C'était les B.O.F, les Boeufs Oeufs Fromage. Et enfin, les pires d'entre eux : les collabos qui oeuvraient délibérément dans le même sens que les Autorités d'Occupation. A vous de voir dans quelle catégorie vous vous situez. En face de tous ceux-là, il y avait les Résistants. Les non-vaccinés font partie de ceux-là. Il y avait un prix à payer pour en faire partie. Tout comme aujourd'hui. Mais les victoires leur sont promises. Et la première de ces victoires se profile déjà : celle de sa santé personnelle. Attendez de voir la mise au grand jour des effets secondaires graves et des morts provoqués par ce pseudo- vaccin expérimental, et vous comprendrez que vous êtes le dindon de la farce de Big Pharma et de ses marionnettes politiques.

Je vous laisse, M. Mougeon. Allez donc au resto, bon appétit, et surtout n'oubliez pas votre Ausweiss. De la démocratie à la dictature, il n'y a qu'un pass.

 

Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.








En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur.

 

mercredi 5 janvier 2022

Histoire merdique qui se finit bien.

 


L'homme marchait dans la rue d'un pas pressé en se tenant le ventre. Ça faisait longtemps qu'il se retenait, et il voyait le coup qu'il allait à la catastrophe s'il ne se soulageait pas très vite. D'autant qu'il ne s'agissait pas de la petite commission. Il avait bien envisagé de se réfugier dans un bar, mais étant non-vacciné et dénué de pass, il savait que l'entrée allait lui être interdite. L'homme, n'y tenant plus, regarda autour de lui. La rue était déserte. « Après tout, se dit-il, paria pour paria, je vais me conduire en paria. » Et il se défit, s'accroupit sur le trottoir et déposa en toute hâte son étron. Il s'ajusta prestement et s'éloigna à grands pas.

Quelques minutes plus tard, un groupe de personnes en costume-cravate, entouré de photographes et de micros tendus, déboucha au coin de cette même rue. Le président de l'Union Européenne en personne se dirigeait à pied vers la salle où était prévu son intervention devant un aréopage de fans, dans le cadre de sa campagne électorale présidentielle. Macreux était entouré de gardes du corps, de journalistes et du groupe habituel de courtisans.

Un journaleux de BFMacron demanda :

« Monsieur le Président, vous êtes optimiste sur l'issue de l'élection ? »

«  Monsieur le Président de quoi, jeune homme ? demanda Macreux en toisant l'impertinent.

« Euh... de la République ? » hésita le journalope.

«  Monsieur le Président d'Europe, voulez-vous dire ! Ou au moins Monsieur le Président de l'Union Européenne ! Tenez-le vous pour dit, désormais, si vous voulez garder votre job ! » corrigea Macreux.

Puis, se penchant vers Brizitte qui se tenait à ses côtés, il murmura :

- Fais attention, Brizitte, ton maquillage est en train de glisser. Quand l'as-tu fait ?

- Ben, qu'est-ce que tu crois ? Ce matin évidemment ! Trois heures durant ! Mais à mon âge, ça tient du ravalement de façade, et ça tient de moins en moins longtemps !

- Faut que tu fasses gaffe. Tu dois tenir encore quatre mois, sinon, ton passé de Jean-Michel Trogneux va nous exploser à la gueule avant les élections et on ne maîtrisera plus rien.

- Oui, ils commencent à me casser les couilles, tous ces fouille-merdes de ma vie passée...

- Tu ferais bien de bannir cette expression de ton vocabulaire, si tu veux mon avis...

Chemin faisant, le groupe se rapprochait du lieu du délit de l'homme pressé du début de cette histoire. Un cinéaste aurait illustré la scène qui allait se dérouler en faisant un premier plan sur l'énorme crotte et en arrière-plan, les pas présidentiels, d'abord flous, puis peu à peu devenant plus nets au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient; jusqu'à ce moment crucial où la chaussure droite du locataire élyséen s'écrasait sur ce qu'avait déposé le paria quelques minutes plus tôt.

Et là, tout se passa très vite. Sa Grandeur Président de l'Union Européenne glissa, son corps fut projeté en arrière alors que sa jambe droite s'élevait dans les airs en une gracieuse volute. Le garde du corps le plus proche se méprit sur l'incident. Croyant que son protégé venait d'être touché par un tir silencieux, il dégaina son arme et se précipita sur le président afin de faire bouclier de son corps. Tentant de rétablir son équilibre, Macreux lança son bras à la volée pour se raccrocher à ce qu'il pouvait. Sa main saisit le premier secours qui se présenta, au jugé. Ce fut la main de son garde du corps ; la main qui tenait le révolver 357 magnum. Se faisant, sous la pression des doigts présidentiels crispés, la détente du terrible engin fut déclenchée. Dans le vacarme du tir, le garde du corps vit distinctement, comme au ralenti, à sa plus grande horreur, la tête de Macreux exploser littéralement. Détail sordide de la scène, il constata que la cervelle présidentielle s'écrasait sur la merde du trottoir avec un bruit mat. Il se dit alors en une fraction de seconde que son avancement était désormais compromis. Quoique...

Les historiens du futur analyseront cet accident fatal comme le tout début du redressement de la France. Ils jaseront longtemps sur l'ironie de la situation qui vit ce premier président de la république française à avoir déclaré publiquement s'être donné pour mission d' « emmerder » des Français, perdre la vie en glissant sur une merde !

Et c'est à cet instant précis que Saucisson-Pinard se réveilla. Sa compagne à ses côtés lui demanda, avec un soupçon de jalousie dans la voix : « Dis-moi, à quoi rêvais-tu pour avoir un sourire aussi béat dans ton sommeil ? »



Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.







En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur.

jeudi 30 décembre 2021

Une pub qui en dit long...

 


Il y a comme ça, des pubs qui en disent long sur leurs commanditaires.

Vous n'avez certainement pas pu échapper à celle-ci :

Un homme, plutôt âgé, aux cheveux grisonnants, se pomponne devant son miroir. Il choisit avec soin sa plus élégante écharpe.

Une femme, plutôt âgée, se pomponne devant son miroir. Elle se fait belle, ajuste sa coiffure.

Le tout sur un fond musical romantique et des paroles en italien évoquant « amor mio».

Puis l'homme, bien apprêté, sort dans la rue.

La femme, bien apprêtée, sort dans la rue.

Le téléspectateur imagine forcément que les deux retraités se sont donnés rendez-vous quelque part, et est ému de cette belle histoire de deux personnes qui n'ont pas renoncé dans leur troisième âge à l'émotion de l'amour.

Cette publicité pourrait être celle d'un site de rencontre pour les plus de cinquante ans, comme « Disons demain » par exemple. Encore que l'encart de Marianne signalant une communication gouvernementale dans un coin de l'image puisse laisser poindre un doute...

Les deux retraités marchent l'un vers l'autre , le sourire aux lèvres, ils vont enfin se rencontrer... Mais non ; ils entrent ensemble... dans une pharmacie, en s'ignorant superbement.

Il ne s'agit pas d'une belle rencontre amoureuse, mais de deux clampins se rendant en pharmacie pour se voir administrer leur troisième dose de vaccin...


Si le téléspectateur n'est pas déçu de ce sordide épilogue, c'est qu'il est complètement dépourvu d'humanité.

Au passage, on peut se demander si une publicité qui frustre son spectateur peut être qualifié de bonne publicité... Saucisson-Pinard a du mal à imaginer qu'un annonceur qui administre un bras d'honneur à son consommateur-cible puisse vraiment s'attirer ses bonnes grâces. Ou alors, les principes de marketing ont bien changé...

On évalue sans peine le degré de cynisme du publicitaire qui a osé proposer ce scénario à son client. Cynisme parfaitement assumé par ce client, qui l'a accepté ; en l'occurence, le ministère de la Santé, avec Véran à sa tête.

On ne peut pas s'empêcher de faire le rapprochement entre cette escroquerie au sentimentalisme et celle à la sécurité sanitaire que le gouvernement mène depuis un an avec son histoire de vaccin.

Il promet d'abord au citoyen que le vaccin va lui permettre de mener une vie normale, et que ça sera la fin de l'épidémie et de ses soucis. Et puis, il lui faut accepter une seconde dose. Puis une troisième au terme de quatre mois après la seconde. Et puis non, ça sera trois mois seulement après la seconde. Faute de quoi, il verra son pass sanitaire supprimé. Et puis peut-être lui faudra-t-il se faire injecter une quatrième dose. Et puis il lui faudra sans doute à certaines occasions, à la fois un test négatif et la vaccination complète. Bref, bien loin de toute justification sanitaire, le citoyen voit ses libertés au fur et à mesure du temps, se réduire comme peau de chagrin, les coercitions de plus en plus pesantes, et en filigrane, il voit cette société de contrôle et de surveillance se mettre en place à ses dépens.

On est bien loin de l'objectif de santé publique présenté au départ. Comme le téléspectateur appâté par la promesse d'une belle histoire attendrissante, le citoyen s'est vu promettre un retour à une vie « normale ». Belle déception dans les deux cas. Le gouvernement se moque du téléspectateur et du citoyen sans aucun scrupule. En termes plus crus, le téléspectateur et le citoyen sont ouvertement pris pour des cons.

Accessoirement, avec son slogan final assurant « tous vaccinés, tous protégés », cette publicité est mensongère au premier degré et donc judiciairement condamnable, puisqu'il est parfaitement reconnu que le vaccin n'empêche absolument ni la transmission ni l'infection. On attend que des associations de consommateurs fassent leur travail.

Menteur et cynique. Ce spot publicitaire est bien digne de ses commanditaires, Macreux, et ses sinistres Casse-tête et Variant en tête.

 

 

Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.




En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur.

 

dimanche 26 décembre 2021

Macreux, la Raison incarnée vs le complotisme.

 

Macreux devrait bien s'inspirer de Devos!

Macreux s'est fendu il y a quelques jours d'un éditorial dans le torchon Paris-Splash (Splash étant le bruit que fait une merde qui s'écrase sur un kiosque à journaux). Jouant à l'intellectuel de pacotille, il s'est lancé dans une série de pensées fumeuses à propos de religion, sciences et complotisme. Se risquant à émettre l'idée capillo-tractée que la religion et la raison peuvent vivre côte à côte et se nourrir mutuellement, Macreux s'érige évidemment en apôtre de la Raison. La France, continue-t-il, restera une nation infiniment rationnelle. On sent bien que pour écrire les mots « France » et « nation » sans évoquer ceux de « République » et d' « Europe », il a dû se faire violence.

Selon lui, l'humanité n'a jamais eu autant besoin de la science pour faire face à la pandémie de Covid 19. Et pourtant, déplore-t-il, « la remise en cause du discours scientifique n'a cessé de se développer dans nos sociétés et le complotisme gagne du terrain » (sic).

Heureusement, notre Grand Prêtre de la Raison Incarnée est là pour nous protéger de ce complotisme. « La nation toute entière doit se mobiliser pour opposer au complotisme le raisonnement éclairé ».

Alors nous allons examiner à quelles occasions le « raisonnement éclairé » présidentiel et la Science ont bien pu conjointement nous prémunir des dangers de cette « pandémie », puisque, à l'en croire, le bilan serait positif.


Passons rapidement sur cette affirmation présidentielle selon laquelle la Guyanne était une île, passons tout aussi rapidement sur cette culture française que Macreux disait ne pas exister et que pour sa part, il ne voyait nulle part (deux annonces qui ont dû se faire, on suppose, quand sa « Raison » avait piscine...), et restons dans le domaine de la Covid dont il fait l'alpha et l'omega de sa fin de quinquennat comme s'il n'y avait rien d'autre à traiter.


L'origine du virus jusqu'alors inconnu, dans cette histoire abracadabrantesque de chauve-souris et de pangolin, alors que la contagion démarre très précisément dans la ville où se situe un laboratoire spécialisé dans la recherche de l'augmentation de moyen de virus, est-ce de la Science, est-ce de la Raison ?

L'affirmation de son Directeur de la Santé et de sa porte-parole selon laquelle les masques dont son ministère de la Santé s'est proprement démuni, ne servent à rien mais qui, quelques jours plus tard deviennent obligatoires, est-ce de la Science, est-ce de la Raison ?

Le nombre de morts abusivement attribués au coronavirus alors que la positivité n'a été bien souvent qu'une circonstance purement conjoncturelle à une mort naturelle ou accidentelle, est-ce de la Science, est-ce de la Raison ?

Un confinement total de la population de près de deux mois imposé par son gouvernement en 2020 pour arriver aujourd'hui au bilan d'extension de l'épidémie à laquelle on assiste, était-ce de la Science et de la Raison ?

Le refus de toute recherche de traitement de la Covid 19 et la mise à l'index des propositions de traitements validés par l'expérience de terrain, au profit de la seule solution vaccinale, est-ce de la Raison ?

Confier la santé des Français à une solution vaccinale dont la mise au point a été bâclée, qui repose sur une technologie ARN messager sans aucun recul et qui émane, de surcroît d'un laboratoire voyou multi-condamné par la justice américaine à près de 8 milliards de dollars d'amendes pour charlatanisme et revendications thérapeutiques invalides, est-ce de la Raison ?

Laisser un de ses ministres faire un temps, et dans le seul but de tenter de faire opposition à l'hydroxy-chloroquine bon marché, l'apologie du Remdisivir, recours thérapeutique à la fois très cher, parfaitement inefficace et dangereux, était-ce de la Science et de la Raison ?

Laisser croire que l'immunité collective serait atteinte lorsque 60% de la population serait vaccinée et chercher encore à imposer l'obligation vaccinale quand 90% de cette population l'est déjà et qu'on constate que l'épidémie continue de s'étendre comme si de rien n'était, est-ce de la science et de la Raison ?

Prétendre aujourd'hui que la majorité des hospitalisés Covid est constituée de non-vaccinés alors que, en regard de ce qui a été constaté avant la vaccination et de la proportion actuelle non-vaccinés/vaccinés de 10/90, c'est juste mathématiquement impossible, est-ce de la science et de la Raison ?

Se plaindre d'une hypothétique saturation des hôpitaux à cause du Covid alors que d'une part, Macreux a supprimé 17 600 lits depuis le début de son quinquennat, dont 5 700 rien qu'en 2020 année de l'épidémie, et que d'autre part, au plus fort de cette épidémie, statistiquement, la Covid n'a occupé que 2% des capacités hospitalières, est-ce de la science et de la Raison ?

L'occultation des nombreux effets secondaires du vaccin, certains d'entre eux menant à la mort, notamment par déficience cardiaque chez des personnes plutôt jeunes et sportives, est-ce de la science et de la Raison ?

Prétendre, après bien des promesses d'efficacité du vaccin non tenues, que ce vaccin ne fait qu'éviter, au mieux, les formes graves de l'infection, et néanmoins vouloir l'imposer aux enfants qui ne développent pas ces formes graves, est-ce de la science et de la Raison ?

L'inefficacité constatée du pass sanitaire dans la circulation du virus, que Macreux cherche, par entêtement imbécile, à renforcer en pass vaccinal, lequel, par une logique proprement ahurissante, devra parfois se doubler de la présentation d'un test négatif, est-ce de la science et de la Raison ?

Laisser pérorer sur les plateaux télé toute une bande de prétendus experts pourris jusqu'à la moelle par les conflits d'intérêts, en complète soumission à la doctrine vaccinale, est-ce de la science et de la Raison ?

Laisser se répandre et entretenir la confusion entre le nombre de cas qualifiés de positifs au Covid (grâce à des tests extrêmement sensibles à toutes traces, même anciennes, de passage viral), et le nombre de vrais malades, est-ce de la science et de la Raison ?

Continuer d'imposer un simili-vaccin issu d'une souche virale qui n'a plus de rapport avec la souche du virus d'aujourd'hui qui a muté plusieurs fois depuis, est-ce de la science et de la Raison ?

Ne pas reconnaître, ce qu'on sait depuis longtemps, qu'avec le temps un virus mute, en devenant éventuellement plus transmissible mais aussi bien moins létal, à seule fin d'entretenir la peur, est-ce de la science et de la Raison ?

 

Faire preuve de « raisonnement éclairé », c'est précisément répondre par la négative à toutes ces questions.

A mille lieux de la Raison qu'il a l'arrogance de vouloir incarner, Macreux n'est que la marionnette ridicule et prétentieuse d'un Système oligarchique oeuvrant uniquement dans les intérêts financiers de Big Pharma et les intérêts idéologiques mondialistes et transhumanistes.

Le complotiste, quant à lui, est juste celui qui annonce avec six mois d'avance ce qui va être finalement reconnu à contre-coeur par les merdias et avec trois mois d'avance les décisions liberticides du gouvernement de Macreux.

 

 

Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.







En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur.

 

dimanche 19 décembre 2021

Réunion Covid à l'Elysée

 

Conflit d'intérêts? Où ça??

Saucisson-Pinard a pu rétablir le contact avec le micro qu'il a dans le bureau de Macreux. Voici le dernier conseil sur le Covid qui a eu lieu entre les participants que Saucisson-Pinard a pu identifier en reconnaissant les voix, comme suit : Macreux, Casse-tête le premier sinistre et le Variant, sinistre de la Santé. Exceptionnellement, il y avait aussi Brizitte.


Macreux : - Bon, messieurs, je vous ai réunis parce que demain j'ai un Conseil Scientifique Covid, et je voudrais établir ce qu'il y sera décidé. J'adore ces Conseils de Défense, j'ai l'impression d'être un vrai chef de guerre qui prépare sa prochaine offensive, dans le plus grand secret, avec le sceau « secret défense », c'est excitant comme tout ! Bon, un petit point pour commencer. J'ai encore une poignée d'irréductibles, six millions quand même, qui refuse de se faire piquouser, et c'est intolérable. J'ai des engagements à tenir vis à vis de Big Pharma, moi ! Ursula a eu droit à un câlin public, à l'Atlantic Council, avec le PDG de Pfizer Albert Bourla, et moi que dalle ! Enfin... que dalle côté câlin, parce que côté pognon... enfin, bref, c'est un autre sujet. Alors, Casse-tête, qu'est-ce que vous en pensez ?

Casse-tête : - Oh la même chose que vous, monsieur le président !

Macreux : - C'est bien, continuez. Et vous, Variant ?

Variant : - Moi ? Ben, vous allez me dire ce que je dois en penser, monsieur le président !

Macreux : - Parfait. Alors voilà : pour des raisons juridiques, il est difficile d'instaurer officiellement une obligation vaccinale. Alors, on va finasser. Le pass sanitaire va céder sa place à un pass vaccinal. Donc, plus moyen de se payer des tests antigéniques ou PCR, on se vaccine pour avoir le QR code qui donne droit à une vie normale et puis c'est tout ! Pas mal, non ?

Variant : - Euh, monsieur le président...

Macreux : - Oui, Variant, quoi ?

Variant : - Ben, on va avoir des vaccinés potentiellement contagieux qui vont pouvoir transmettre le virus, en toute liberté, alors que des non-vaccinés indemnes seront retirés de la circulation...

Macreux : - Oui, et alors ?

Casse-tête : - Ben oui, Variant, et alors ?

Variant : - Ben, c'est pas ça qui risque d'arrêter l'épidémie !

Macreux : - Mais qu'est-ce qu'on en a à foutre, d'arrêter l'épidémie ? C'est pas le but ! Au contraire, plus l'épidémie s'étend et plus l'argument du vaccin se justifie ! Vous êtes con, ou quoi, Variant ?

Casse-tête : - Ben oui, Variant, vous êtes con, ou quoi ?

Variant : - Moins on aura de tests de fait, et moins on aura de moyens d'évaluer l'étendue de l'infection. Déjà, de l'avoir rendu payant pour les non-vaccinés, le nombre de tests réalisés est tombé drastiquement. Maintenant, les non-vaccinés n'en feront plus du tout, même payants, et seuls les vaccinés en feront. Ce qui donnera à tout le monde une idée du nombre de vaccinés qui choperont le Covid malgré leur vaccin, et cela illustrera l'inefficacité du vaccin !

Macreux : - Euh oui, bon... mais on s'en fout.

Casse-tête : - Oui, on s'en fout, Variant!

Macreux : - Les Français voudront continuer d'aller au cinéma, au resto et dans les concerts, donc même s'ils savent que leur vaccin ne sert à rien, ils le demanderont pour avoir la paix. J'ai pas raison, Jean-Mich... euh, Brizitte ?

Brizitte : - Tu devrais avoir l'habitude, maintenant, depuis qu'on se connaît, de ne pas m'appeler Jean-Michel ! Je m'appelle Brizitte !

Macreux : - Oui, mais moi, tu sais, quand tu n'as pas eu de maquillage depuis plus de 24 heures, j'ai du mal à m'ajuster, et c'est Jean-Michel qui me vient automatiquement en tête ! Bon, qu'est-ce que t'en penses, de tout ça, Brizitte ?

Brizitte : - T'as raison, aussi longtemps que les Français ne se rendront pas compte des effets secondaires des vaccins, ils accepteront de se faire piquer régulièrement.

Macreux : - T'en fais pas. Les médias sont tenus par des gens qui n'ont aucun intérêt à ce que se répande l'idée que les vaccins vont multiplier à plus ou moins long terme nombre de maladies et de morts prématurées. Donc, côté médias, ça sera silence radio. Et quand bien même les statistiques vont commencer à parler, la relation avec les vaccins sera difficile à prouver. L'autre avantage du pass vaccinal, c'est qu'on pourra l'exiger pour se rendre aux bureaux de vote pour la présidentielle. Ainsi les non-vaccinés qui, de toutes façons ne voteraient pas pour moi, seront exclus des votants. Comme ça, ça augmente les chances que je me paye Valérie Traîtresse au second tour plutôt que Zemmour. Bon alors, on est d'accord : place au pass vaccinal ?

Casse-tête : - On est d'accord, monsieur le président.

Macreux : - Bon, moi j'ai une grande interview de plus de deux heures mardi sur TF1, pour poursuivre ma campagne électorale qui n'a pas encore officiellement commencé. Je vais faire mon petit numéro du gars qui est content de tout ce qu'il a fait, qui a néanmoins beaucoup appris pendant ces quatre ans et demi, avec des petits silences de compassion pour montrer à quel point je suis ému d'aimer autant les Français. C'est là que je vais pouvoir mettre à l'oeuvre tout ce que tu m'as appris dans tes cours de théâtre, Brizitte. Donc, moi je serai le gentil, et vous Casse-tête, je vous laisse le soin deux ou trois jours plus tard d'être le méchant pour annoncer cette histoire de pass vaccinal. Ok, Casse-tête ?

Casse-tête : - Bien, monsieur le Président.

Macreux : -  La séance est levée. Je vais mener mon Conseil Scientifique qui validera tout ça. Delfraissy et sa clique de marionnettes ne peuvent rien me refuser. De toutes façons, il n'y a aucun rapport de fait, sur ces Conseils. Rappelez-vous : je suis un chef de guerre ! Ah ah ah, Clemenceau n'a plus qu'à bien se tenir !

 

 

Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.






En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur.

 

mardi 14 décembre 2021

Dénonciation de fake news.

 


Une fois n'est pas coutume, Saucisson-Pinard va dénoncer une fake news fomentée par des médias mal-pensants pour discréditer le couple Macreux. Considérons cette dénonciation comme un cadeau de Noël de Saucisson-Pinard aux fanas du locataire élyséen (il y en aurait paraît-il, aussi incroyable que cela puisse être).


Ces médias ont en effet prétendu qu'un gendre de Brizitte née Trogneux épouse Macreux aurait tweeté, en réponse à l'information selon laquelle Zemmour et De Villiers se sont envolés ensemble pour l'Arménie : « Reste plus qu' à espérer un crash... »

On remarque qu'à l'instar aussi de Ruquier, le ricaneur du sévice public France 2, qui avait espéré en son temps que Trump soit assassiné, nos bien-pensants droitdelhommistes, si prompts à s'opposer à la peine de mort pour les assassins d'enfants, de femmes, de flics et pour les terroristes, sont les premiers à la réclamer pour ceux qui ne pensent pas comme eux.

Passons.


L'individu auteur de ce tweet qui est à la fois un authentique appel à la haine et une menace de mort, s'appelle Antoine Choteau. Or c'est là que réside la fake news : Antoine Choteau n'est pas un gendre de Brizitte Trogneux.


En effet, pour être un gendre de Brizitte Trogneux, il eut fallu qu'il épousât une fille de l'épouse Macreux.


Or, sa femme n'est pas une fille de Brizitte.


Pour la bonne raison que Brizitte n'a pas de fille.


Elle n'a pas non plus de garçon d'ailleurs. Bref elle n'a pas d'enfant.


Et elle n'a pas d'enfant, pour la bonne raison qu'elle ne peut pas en avoir.


Et elle ne peut pas en avoir parce que Brizitte n'est pas une femme.


Photo de Paris-Match non retouchée.

La "Première Dame de France" serait un travelo, répondant, avant transformation bien sûr, au viril nom de Jean-Michel Trogneux. Un quoi ? Oui, un « trans », si vous préférez. Une preuve de plus de la décadence de la France? Qu'allez-vous imaginer?

 

 

Un Jean-Michel Trogneux est ici de dos. A droite ou à gauche, à votre avis?

 

 

Cruel gros plan, sans retouche!

Evidemment, cette annonce explique beaucoup de choses à propos de la sexualité ambigüe de Macreux. Des choses telles que ceci :


Fête de la musique 2018 à l'Elysée


 

 

 

 

 

On comprend donc qu'en aucun cas, Antoine Choteau ne peut être le gendre d'un travelo. La révélation médiatique de ce tweet scandaleux ne peut donc pas entacher la réputation de la famille Macreux. Il fallait que cela soit dit, et Saucisson-Pinard est fier de s'ériger contre toute tentative de récupération médiatique aux dépens de la réputation du locataire élyséen et de sa famille.

Information complémentaire ici (tant que la vidéo n'est pas censurée...):

https://www.youtube.com/watch?v=Z7zmHfS1PCY

Ou là: https://planetes360.fr/exclu-revelation-sur-brigitte-macron-la-journaliste-natacha-rey-en-direct-demain-a-18h-sur-gerard-info-et-planetes360/

Voici la bouille de cet Antoine Choteau-qui-ne-peut-pas-être-le-gendre-d'un-travelo :



Jamais Saucisson-Pinard ne dirait espérer que cet individu s'écrase en bagnole contre un platane. Mais si d'aventure vous voyez sur le bas-côté  de la route une voiture encastrée dans un arbre avec cette bouille en sang à l'intérieur, peut-être vous direz-vous que tout bien pesé, vous êtes plutôt pressé, et que vous n'avez pas forcément le temps de vous arrêter pour prêter secours. Et puis il y aura peut-être quelqu'un, de passage après vous, de moins pressé, qui s'arrêtera ? A vous de voir.

 

Pour bien vous faire comprendre et accepter que l'avenir de la société occidentale devra impérativement être métissé et que l'homme blanc y sera désormais minoritaire, l'oligarchie mondialiste vous impose quasiment dans chaque publicité de n'importe quel produit ou service, des peaux noires et cheveux crépus. Cela n'a pas pu vous échapper.






En réponse modeste à ce matraquage,
Saucisson-Pinard vous propose désormais, à chaque fin d'article, comme on le ferait en soutien à une espèce protégée en voie d'extinction, une image de belle blondeur.