Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

samedi 21 novembre 2015

Cerveau? quel cerveau?




Le « cerveau » des attentats de Paris a donc été localisé et ensuite éparpillé aux quatre coins d'un squat de Saint-Denis, façon puzzle, comme disait Raoul.
La terminologie « cerveau » créée et reprise à l'envi par tous les médias écrits, parlés et télévisés en mal de vocabulaire, est surprenante. D'abord à cause de la personnalité même du sujet, le dénommé Abaaoud, décrit par ceux qui l'ont connu le mieux comme « un petit con ».
Ensuite par son CV de terroriste. Finalement, il aurait été à l'origine de quatre tentatives d'attentat qui ont été quatre échecs. Et on peut se demander si lancer une poignée de décérébrés armés défourailler au petit bonheur et sans risque sur quelques terrasses de café bondées et une salle de spectacle requiert vraiment un cerveau. Surtout en faisant arriver en retard ceux qui étaient chargés du massacre dans le Stade de France, en laissant trois véhicules immédiatement localisés par la police, et un téléphone portable sur les lieux. On est quand même bien loin d'une opération de génie. Ce n'est pas l'affaire du braquage du train Glasgow-Londres. Ce n'est pas le poids de son cerveau qui lui aurait déséquilibré la tête, l'Abaaoud...
Alors Saucisson-Pinard suggère à nos scribouillards analphabètes les termes de leader, coordinateur, planificateur, commanditaire, organisateur ou à la rigueur chef de l'opération. Mais « cerveau », non, décidément non. C'est accorder à cet individu beaucoup de crédit. C'est même l'ériger en héros auprès d'autres décérébrés de banlieue racaille alors qu'il n'est qu'un petit minable dont seul le niveau de lâcheté atteint des sommets.

D'ailleurs, il n'y a pas que dans les rangs des terroristes qu'on manque de cerveaux. Chez tous les politiques qui nous ont traînés dans cette Europe incapable de nous protéger, économiquement – on le sait depuis longtemps- et on le constate aujourd'hui, physiquement, il est évident que le cerveau n'est pas la partie anatomique qui fonctionne le mieux.

N'oublions pas que si Abaaoud a traversé tranquillement plusieurs pays de l'espace Schengen depuis la Syrie jusqu'à Paris, c'est finalement grâce aux renseignements d'un pays, le Maroc, ne faisant pas partie de cet espace, et encore moins de l'Europe, que le refuge terroriste de Saint-Denis a été localisé. Peut-on illustrer mieux la vacuité de cette Union Européenne, plus préoccupée de statuer sur la cambrure des bananes que d'établir une centralisation des données des agences de Renseignement nationales pour assurer sa sécurité?
Vous diriez qu'un cerveau manque aussi chez toutes celles et tous ceux qui ont voté répétitivement pour ces politiques, et vous auriez raison. Le leitmotiv de la construction européenne était de dire 
« vous aurez moins d'autonomie nationale mais en contre-partie, vous aurez la force que fait l'Union ». Et on a eu moins d'autonomie nationale et la farce de l'Union.

Un cerveau manque aussi à l'évidence à certains individus : quand on entend le socialo Bartolone prétendre qu'il n'y a pas d'ennemi de l'Intérieur en France alors que la majorité des terroristes est porteuse d'un passeport français, on se demande si le titulaire du perchoir à l'Assemblée Nationale ne s'est pas fait trépaner à l'insu de tous.

Il y a d'autres dérapages sémantiques dont nos médias nous ont abreuvés cette semaine. Saucisson-Pinard a entendu des journaleux évoquer les « soldats », et même les « guerriers » de Daesh sur le sol français. Comme si un petit con muni d'une kalachnikov qui tire par surprise et au hasard sur de simples passants et passantes innocents et désarmés, pouvait se comparer aux résistants russes au siège de Stalingrad, aux Poilus des tranchées de Verdun, aux Rangers à l'assaut des falaises de la Pointe du Hoc en Normandie en juin 44, aux grognards napoléoniens au Pont d'Arcole. Ou alors, c'est que l'échelle des valeurs des Arabes n'est décidément pas celle des Caucasiens...

Et puis parfois, nos journalopes trouvent des expressions qui font rire malgré la gravité des évènements. Sans le vouloir vraiment, on le suppose. Ainsi quand ils affublent notre présidenticule du titre de « chef de guerre », ça doit être de l'humour involontaire. L'image de notre Hollande Ouille rondouillard, dans un petit treillis étriqué, avec son sourire niais habituel, qui pincerait la joue de fantassins sur la ligne de front en s'exclamant « je suis fier de vous, soldats ! », a le don de mettre Saucisson-Pinard en joie.

Quand on lit le compte-rendu dithyrambique d'un dénommé Bruno Roger-Minus (Saucisson-Pinard n'est pas sûr du patronyme exact du personnage, mais c'est quelque chose dans cet esprit, l'étiquette correspondant exactement à la composition du produit), sur le discours de Hollande Ouille au dernier Congrès de Versailles, il y a de quoi se taper sur les cuisses et se pisser dessus.
L'ex-journaliste de l'Obs qui sévit aujourd'hui à Challenges affirme le plus sérieusement du monde que Hollande y a été « beau comme un tableau de David, digne de la mise en peinture du Serment du jeu de Paume ». On entendrait ça dans une comédie de Mel Brooks, on dirait que le réalisateur pousse un peu trop loin le bouchon de la caricature et de la dérision.

Mais on n'est pas dans une comédie hilarante de Mel Brooks, on est en 2015 dans un magazine supposé sérieux du microcosme médiatique français.

Selon le servile courtisan présidentiel, « Hollande écrit l'Histoire ». Tout ça parce qu'il essaie avec fébrilité de rattraper trois an et demi de profonde léthargie.
Pas une seconde le Roger-Minus ne s'étonne que les quelques 250 perquisitions menées en deux ou trois jours révèlent caches d'armes, faux papiers, et plan d'attaques et documents de prosélytisme de djihad.  Il ne s'épate pas qu'on commence seulement à s'inquiéter de centaines de mosquées salafistes.
Pas une seconde il ne se dit que ces opérations auraient pu être lancées depuis longtemps et régulièrement; qu'elles auraient peut-être empêché, si faites à temps, les attentats que vient de connaître Paris.
Ça ne l'effleure même pas que cette précipitation est finalement une forme d'aveu de la responsabilité directe de son idole et de celle du petit caudillo-aux-mâchoires-serrées, ex-ministre de l'intérieur et actuel premier ministre, dans la mort de ces 130 innocents.
Si Hollande Ouille écrit l'Histoire, c'est celle des grands ratages de la politique française, celle où on retrouve Daladier revenant de Munich, celle du soutien des communistes français à Staline, celle de la trahison envers les Harkis, celle de l'abandon des bérets rouges à Diên Biên Phù.

Le passif du bilan de Hollande Ouille vient de s'alourdir encore, et cette fois-ci, de façon tragique. Et il reste encore, dans le pire des cas, un an et demi à courir. A moins que les Français ne se réveillent enfin...

18 commentaires:

  1. Vous êtes un nauséabond incurable. La preuve? : 70% des Français trouvent Hollande crédible. Na!
    LP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 70% c'est la majorité et la la majorité veut dire que l'on est les plus nombreux pas qu'on a raison ! na!
      alors oui , Hollande est credible , comme journaliste, pour raconter ce qui s'est passé ...pas pour en donner les causes ...pas fou le mec... lui comme les autres le méa culpa il connait pas .

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. C'est vrai que le texte de BURP ( Bruno Roger petit, ça donne burp comm une éructation fétide) est d'un comique assumé
    Il se fiche ouvertement de la trogne du malfaisant élyséen de sa pose et de son emphase
    Pour paraphraser Éluard ou Aragón ,il aurait pu conclure "la paix est le fruit de son cerveau d'amour, Molleglande pour demain et pour toujours"

    RépondreSupprimer
  3. Chef de guerre ? Chef de gare, oui ! Et encore, il risquerait de faire dérailler les trains.
    Marie-Françoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être lui le chef de gare mais ce sont les Français qui sont cocus, ceux de gauche surtout!

      Supprimer
  4. Les français réclament l'union nationale a tout prix dirait on (surtout après ces zoribles zatentats qui ne devraient plus exister en 2015 merde) Pourtant batir un projet politique et social en utilisant le sang et les cadavres des pauvres victimes (paix a leurs ames) a quand meme quelque chose de morbide pour rester soft J'en déduits que les français sont des zombies ou des vampires donc un peuple plus mort que vif

    RépondreSupprimer
  5. Cher Saucisson Pinard,
    Je vous trouve inhabituellement optimiste aujourd'hui : "à moins que les français ne se réveillent enfin..."
    Je mets ça sur le compte de l'humour.
    Jean Erbenger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'arrive tout simplement pas à me faire à l'idée que les Français ne prennent pas leurs fourches pour aller débarquer ce clown pitoyable et malfaisant. Le Français était supposé être rebelle, pas seulement râleur...

      Supprimer
  6. Vous savez bien qu'il ne faut rien attendre de la propagande médiatique surtout en cette période. La machine à bobards et à manipulations fonctionne à pleine turbine. La guerre de Hollande c'est très bien pour mettre le bilan désastreux du quinquennat sous le tapis et tenter de torpiller la campagne électorale des Régionales.

    La position française au plan diplomatique n'a pas varié d'un millimètre depuis les événements ; la preuve ? Il suffit de consulter l'agenda de Hollande sur le site de l'Elysée :

    « mardi 17 novembre
    09h40
    Entretien avec M. John Kerry, secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique
    12h00
    Entretien avec Cheikh Abdullah Bin Nasser Al Thani, Premier ministre et ministre de l’Intérieur de l’État du Qatar »

    Il n' y a donc rien à espérer puisque les objectifs prioritaires Hollande sont dans l'ordre : sauver Hollande, sauver les copains et copines de Hollande, sauver quelques socialistes et pour la France on verra bien, si Hollande a le temps.

    RépondreSupprimer
  7. "un petit con" ? Je confirme que c'est l'expression qui venait tout de suite à l'esprit quand on voyait sa tronche, diffusée à la nausée par tous les merdias dont on pouvait se demander s'ils en faisaient la promotion. Je ne sais pas ce qu'ils vont faire des débris de cette ordure - mettre à l'équarissage serait une injure faite aux restes d'animaux que l'on y envoie ordinairement ... et puis : pas hallal ?

    RépondreSupprimer
  8. Tout à fait! Et c'est là qu'on mesure bien la toute-puissance du bourrage de crânes médiatique qui nous fait prendre les vessies pour des lanternes et Hollandouille pour un homme d'état doublé d'un chef de guerre. Ce n'est même pas le geai paré des plumes du paon c'est le dindon qu'on veut nous déguiser en aigle...et il se trouve des tas de gens pour gober pareilles foutaises...et ils votent ces cons-là...après faut pas s'étonner...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, les cons votent. C'est même le talon d'Achille de la démocratie. Ils sont nombreux à l'exploiter.

      Supprimer
  9. c'est alec guiness sur la première photo ( les canons de navaronne....)?
    je suis sûr que c'est lui

    RépondreSupprimer
  10. David Nieven bien sûr, dans le film "Le Cerveau".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ha zut
      j'étais pas loin

      Supprimer
  11. Ce ne sont pas des "ratages", à mon avis, mais de la pure et simple trahison rétribuée grassement.
    De Villiers le dit bien : tous les hommes et femmes politiques de gouvernement passés ou actuels sont des dhimmis.

    RépondreSupprimer