Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

jeudi 6 décembre 2018

Parlez-vous le macronien couramment?




Tout le monde aura remarqué que Macreux est passé maître dans l'art de parler pour ne rien dire. Il peut enchaîner sans fatigue des mots vides de sens pour construire des phrases aussi pompeuses que dénuées de signification.
Macreux, à n'en pas douter, avait le prix d'excellence, à l'ENA, en langue de bois. Il maîtrise parfaitement l'utilisation du tableau que vous avez ci-dessus en illustration.

Mais pour parfaire la confusion de ses propos, Macreux utilise une sorte de patois personnel qui a essaimé ces derniers mois, dans les ministères et les secrétariats d'Etat.

Saucisson-Pinard a donc entrepris des études en macronien-deuxième-langue (niveau licence), et vous apporte ci-dessous quelques traductions de phrases prononcées récemment par nos dirigeants, dans ce contexte agité de l'épisode Gilets Jaunes. Vous saurez vraisemblablement retrouver l'auteur de chacun des propos dont il va vous donner la traduction en bon français.

Par exemple,
en macronien, la phrase : « Il n'y aura pas de reculade ».
signifie en français : « Je ne reculerai que lorsque vous aurez manifesté encore un peu plus, avec davantage de casse et de blessés ».
Vous remarquerez que le grand intérêt de ce patois, réside dans sa concision. Il faut en effet beaucoup plus de mots en français pour traduire le propos élyséen en macronien.

Un autre exemple :
« Je propose un moratoire sur les hausses des taxes sur les carburants » en macronien, signifie en français :
« Vous ne perdez rien pour attendre, ces hausses vous les aurez juste un peu plus tard, et avec un effet rétro-actif. »

Les quelques mots de patois macronien : « Jusqu'à dans 6 mois » veulent dire, en français :
« Après les élections européennes. Et là, boum ! Ça tombera pile poil pour votre départ en vacances. »

On voit donc la grande économie de mots que permet le patois macronien. C'est d'ailleurs bien la seule économie qu'on puisse trouver en Macronie.

Parfois, le patois macronien colle d'assez près à la phrase correspondante en français. Ainsi, nous avons en macronien :
« Le moratoire de 6 mois sur les taxes sur les carburants est un geste fort ». Alors qu'en français, nous avons :
« Le moratoire de 6 mois sur les taxes sur les carburants est un doigt d'honneur ». La nuance est subtile.

Et puis, parfois, c'est l'inverse, le macronien est plus prolixe que sa traduction en français. Nous avons entendu plus récemment :
« Oh et puis non, j'annule ces hausses sur tout 2019 », ce qui peut se dire en français :
« Je commence à flipper un max ».

Il y a parfois des pièges de traduction dans lesquels l'interprète en macronien/français devra éviter de tomber. On a ainsi entendu un premier ministre dire dans ce patois : « J'ai entendu les Français ». Nous avons ici un bel exemple de faux-ami. Car ce qu'a dit en réalité, en français, ce premier ministre, après 3 semaines de manifestation, c'est :
« Je suis très dur d'oreille ».

Nous avons ici, un autre bel exemple de la concision du patois macronien.
« La taxe carbone est mal comprise par les Français » peut se traduire littéralement de la façon suivante :
« Vous êtes vraiment des cons. Mais c'est normal, puisque vous êtes des illettrés, des riens et des réfractaires ».

Encore plus fort dans la concision : « Nous allons mieux expliquer notre politique aux Français » veut dire :
« Nous allons tenter de dissiper l'impression que vous avez, d'avoir bien compris que notre politique est faite pour la Haute Finance et que c'est vous qui allez la payer».
Vous comprenez à la lumière de ce dernier exemple, qu'il est indispensable de maîtriser la langue utilisée par notre président, afin de bien saisir sa pensée intime.

Parfois, la maîtrise de la langue française peut conduire à croire qu'on a saisi le propos présidentiel, alors qu'en réalité, il n'en est rien. Par exemple :
« On ne peut pas demander moins de taxes et plus de service public » est du macronien. Pas du français. Car en français, cette phrase s'énonce :
« Vous aurez donc plus de taxes et moins de service public. Mais le Palais de Elysée aura, quant à lui, plus de service (service de vaisselle. 500 000 €). »
Attention donc à ne pas présumer de sa faculté à comprendre les propos gouvernementaux.

Vous remarquerez dans l'exemple suivant, que le macronien permet d'évoquer des noms de capitales européennes, sans même avoir à les citer.
En macronien, le « Il faut plus d'Europe » veut dire en français:
« Les décisions concernant la France seront prises par Berlin et annoncées à Bruxelles. Il sera donc inutile de protester à Paris ».
Pratique, non ?

Le macronien ne s'embarrasse pas de détails superflus. Ainsi,
« Le cap est bon » se dit en français courant :
« Le cap des intérêts de la Haute Finance est bon ».

D'ailleurs, rappelons pour la petite histoire, que le capitaine Smith aux commandes du Titanic le 15 avril 1912, avait déjà eu, en réponse à la vigie qui annonçait : « Icebergs en vue ! » la phrase macronienne célèbre : « Le cap est bon ! »

Appréciez l'avantage de la concision du très macronien :
« Ils n'ont qu'à me chercher ! » qu'on ne peut traduire autrement qu'en utilisant tous les mots français suivants :
« Ils n'ont qu'à venir se frotter à la police, aux CRS, à mes services de sécurité personnels qui ont vu leur budget augmenter de 1,3 millions d'euros, et éventuellement à l'Armée, s'ils veulent me chercher ».

Dans la phrase en macronien suivante :
« Nous invitons les Gilets Jaunes raisonnables à ne pas venir manifester à Paris samedi prochain », le mot « raisonnable » doit être traduit en français par : «  assez couillons pour accepter le report du remboursement d'une dette qu'ils ont refusé de souscrire ».

On sent bien que le macronien, plutôt qu'une langue à part entière, est une version dérivée du français, un patois, un peu comme le créole, tant sa ressemblance est frappante avec notre langue. Jugez plutôt :
« Ce qui me frappe, c'est que mes concitoyens ne connaissent pas l'impact concret de nos réformes sur leur pouvoir d'achat » se dit en bon français :
« Ce qui me frappe, c'est à quel point mes concitoyens sous-estiment l'impact dévastateur de nos réformes sur leur pouvoir d'achat ».

Et puis, d'autres fois, c'est le macronien qui demande plus de mots qu'en français, pour dire la même chose.
« Je demande aux partis et aux syndicats de lancer un appel clair et explicite au calme » se dit en français :
« Eh, les gars, sauvez-moi les miches ! »

De la même façon, en macronien « Tous les acteurs du débat public, responsables politiques, syndicats, éditorialistes, citoyens seront comptables de leurs déclarations dans les jours qui viennent » veut dire en français
« Et si vous ne me les sauvez pas, attention à vous, je dirai tout ! »

Le macronien est un patois assez pratique pour certaines personnes comme la Shiappa, pour faire un aveu en toute discrétion. Par exemple, elle a dit, sur le plateau de BFMacron, en macronien :
« Taguer l'Arc de Triomphe, c'est la République qu'on attaque », ce qui peut se traduire en français par :
« Je suis une grosse inculte qui ignore que l'Arc de Triomphe n'a rien à voir avec la République puisque il a été édifié en l'honneur de la Grande Armée de Napoléon lors du 1er Empire ».
Donc nous avons ici à la fois un aveu et une précision historique, le tout résumé en une dizaine de petits mots seulement.

Vous l'avez donc compris, à travers ce petit cours en accéléré, la pratique du patois macronien mâtiné de langue de bois énarque, permet de renforcer la confusion du propos de Macreux et de ses sbires.

Cela étant dit, Saucisson-Pinard se demande, au vu de la tournure des évènements, s'il a eu raison de perdre du temps à acquérir cette licence en macronien courant, car rien ne dit qu'il aura encore cours dans les mois qui viennent, les pratiquants devant peut-être précipitamment déserter l'Elysée. Le macronien ne va-t-il pas devenir très rapidement une langue morte ? Saucisson-Pinard le souhaite ardemment, même si ça devait le conduire à faire le deuil de sa licence désormais inutile.

10 commentaires:

  1. S'il vous plaît, arrêtez de déblatérer sur le Président de la Répupu. Vous semblez oublier qu'il avait serré la main de ce salaud de Trump d'une admirable façon, que tous les médias respectables en avaient été bouleversés d'admiration, et que le milliardaire n'avait pas oser mouffeter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. D'ailleurs, Trump, pour montrer sa soumission à notre président de la Répupu, avait docilement épousseté les pellicules de ses épaules. C'est dire le respect que Macreux inspire!

      Supprimer
  2. Pourquoi? il est encore audible pour que vous pensiez qu'il y ait encore quelque chose à décrypter chez lui?
    Il est en coma dépassé,le malheureux...
    Après m'avoir exaspéré,il me ferait presque pitié aujourd'hui.

    Une ambulance de la croix-rouge,avec ordre de laissez-passer et interdiction de tirer dessus,pour Monsieur Macron,s'il vous plaît!

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
  3. Votre lexique est bien utile, mais c'est trop tard pour moi. J'avais essayé de délabyrinther la pensée complexe dans le discours où le jeune imbécile avait répondu à la demande de suppression de taxe par l'annonce de création d'un haut conseil au climat. Mais j'avais renoncé : l'amas de phrases totalement dénuées de sens pour un non initié était trop massif pour que je puisse en tirer quoi que ce soit.
    Vous me révélez que mon effort aurait de toute manière été vain, je ne possédais pas les codes, comme on a récemment dit d'un violeur marron remis en liberté.
    PS : votre captcha devient infernal, j'ai eu droit à plus d'une dizaine d'images, c'est pas possible. Je sais pas de quoi ça protège, mais c'est une horreur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien d'humeur chagrine aujourd'hui! Moi qui vais jusqu'à reprendre des études de langues pour vous donner les codes de la compréhension du blabla macronien! Et puis regardez, il y a des motifs de se réjouir: Macreux qui pète de trouille dans le fond de son bureau élyséen, c'est quand même un plaisir de fin gourmet, non?

      Supprimer
    2. On nous dit qu'il est allé saluer des gendarmes dans une guinguette, à Nogent. Mais on ne nous le montre pas, donc rien n'est sûr. La mère Pénicaud nous explique que c'est la preuve de son courage et de son sérieux.
      Bien que sa tronche ne soit pas gravée sur les pièces de monnaie, je pense qu'il va être reconnu par un illettré ou un type sans costard, dans sa fuite à garenne avec sa gouvernante-dépuceleuse. On pourra alors le décréter d'indignité nationale et ça nous soulagera.
      RePS : je suis pas d'humeur chagrine, je suis simplement vieux et j'avoue que le supplice d'inquisition du captcha de validation est insupportable. 8 carrés d'images successifs, feux, bus, passages, bouches d'incendie... Ca devrait se limiter à un ou deux tests, pas ce marathon. Je ne sais pas si ça protège votre blog (contre quoi ?) ou si blogspot vous impose ce truc, mais c'est exagéré. Si vous avez accès à des réglages, taillez dans le vif, c'est un tue-le-com exactement comme il y a des tue-l'amour.
      Mais évidemment, continuez votre travail monacal perfide pour notre plaisir et notre instruction !

      Supprimer
    3. Merci de vos remarques, Pakounta, mais je ne sais même pas de quoi vous parlez, concernant ces captchas! Je n'ai jamais eu ce genre de remarque, de personne parmi mes proches qui suivent ce blog. Je n'ai aucune idée de comment je pourrais intervenir, et je soupçonne que cela vient de votre ordi. Avez-vous essayé à partir d'un autre ordi, tablette ou smartphone, pour voir?

      Supprimer
    4. Si ça vient de son ordi, il doit y avoir un méchant virus qui a migré vers le mien parce que c'est tout pareil. Je soupçonne les sbires de macrounette d'y être pour quelque chose - je ne pense pas que votre blog aille chatouiller les oreilles de Poutine ou de Trump, faut quand même pas charrier. Par contre pour macrouille, ça vous classe au rang des séditieux et des factieux, je suis presque sûr que Castapiane vous a à l'oeil, même si pour l'instant il à mieux à occuper ses longues soirées d'automne finissant. Amitiés quand même !

      Supprimer
    5. Je ne doute pas avoir des lecteurs assidus partout! L'affaire des captchas, en revanche, ne me paraît pas être lié à l'admiration que Gazetamère peut me porter.

      Supprimer