Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

jeudi 6 avril 2017

Le CSA, police de la pensée.




Vous l'ignoriez peut-être, mais la France a sa Police de la Pensée ; de la pensée progressiste, bien sûr. Elle s'appelle « Conscience Supérieure et Adventiste » (du rayonnement de la Pensée Universaliste et Cosmique), et son acronyme est CSA.

Oubliez Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, il n'est plus de mise aujourd'hui. D'ailleurs, la fiche Wikipedia mérite une sérieuse mise à jour. On y lit en effet que le CSA est une autorité administrative indépendante. Pour ce qui est de l'Autorité, effectivement, la mission est remplie, le machin est autoritaire, personne n'en doute.
En revanche, pour ce qui est de l'indépendance, il y a de quoi piquer une franche rigolade. Tout le monde sait que la nomination de la tête de l'Ernotte à celle du service public audiovisuel a été directement téléguidée du locataire (en phase d'expulsion) de l'Elysée. Ernotte avait milité pour l'élection de Hollande Ouille, comme elle milite ouvertement aujourd'hui en faveur de celle du Macreux.
Donc si à l'évocation de l'indépendance du CSA, vous n'avez pas encore ri, tenez-vous bien, le CSA en a encore sous le pied pour vous dérider.

Toujours dans Wikipédia, on y lit également que les missions du CSA sont, entre autres, de garantir le pluralisme, en particulier en période électorale. Et là on pense aussitôt au traitement des sujets Fillon et Le Pen par les services info de France 2 et consorts et on est plié de rire. Saucisson-pinard vous avait prévenu.
Et si on s'égare quelques minutes sur la chaîne d'info continue de Drahi, BFMacron, on a des spasmes.

Le CSA tel que vous l'imaginiez était aussi censé oeuvrer pour « la protection des mineurs » devant les écrans. Mais apparemment, l'omniprésence d'enfants dans les spots publicitaires à des fins de manipulation des tout-jeunes consommateurs en devenir - et celle des adultes aussi d'ailleurs- ne dérange pas plus que ça, cette entité de surveillance « administrative et indépendante ».
Elle n'est pas davantage perturbée par la diffusion d'images de violences et d'immoralité à toutes heures, qui gavent nos chères têtes de moins en moins blondes à longueur de journée.

Le CSA était aussi, jadis, chargé de défendre la langue et la culture française. Car figurez-vous, à l'époque où le CSA avait été conçu, il estimait qu'il existait une culture française. Il avait tort bien évidemment, puisque Macreux nous l'affirme aujourd'hui, il n'y a pas de culture française. Donc rien à défendre de ce côté là. La Conscience Supérieure et Adventiste (du rayonnement de la Pensée etc etc...) qui laisse nos écrans envahis de jeux importés, la plupart du temps de pays anglo-saxons, l'a bien entériné. Pas de culture française. On n'a pas à défendre quelque chose qui n'existe pas. Combien de fois faut-il vous le répéter ?

Ces mêmes jeux qui conservent leur appellation d'origine, comme « The Wall », pour le plus récent d'entre eux, alors que la traduction ne semble pas, a priori, être vraiment insurmontable, sont aussi l'illustration du fait que le CSA d'aujourd'hui n'a rien à talquer de la défense de la langue française. Le sur-emploi de formules, expressions, et mots anglais dans les spots publicitaires que cultive le snobisme anglo-saxon de nos « créatifs » d'agences de pub, témoigne bien aussi de la complète indifférence du CSA envers la défense de la langue française.
En réalité, la langue française serait plutôt un obstacle à l'avènement du rayonnement de la Pensée Universaliste et Cosmique etc etc... que prône la Conscience Supérieure et Adventiste d'aujourd'hui.

Le CSA n'est pas non plus concerné par la triche manifeste de chaînes comme M6 sur les quotas de pub autorisés. C'est ainsi que cette chaîne (et elle n'est pas la seule) entrelarde ses temps de pubs de messages auto-promotionnels et d'annonces d'émissions, ce qui fait qu'au lieu d'avoir des coupures pub de 10 minutes maximum autorisées, il se passe près d'une demi-heure entre deux programmes télévisuels. Mais ça, le CSA s'en bat les paupières avec une pelle à gâteau.
Il a mieux à faire.

Vous êtes donc priés d'oublier l'indépendance de feu le CSA ancienne mouture, ainsi que ses missions de gardien du pluralisme politique, de protection des mineurs, de défense de la langue et culture françaises.

Et bienvenue à la Police de la Pensée ; cette police qui intervient quand un Jean-Pierre Pernaut s'égare à glisser, dans son journal de 13H, son étonnement à constater qu'on fait beaucoup pour accueillir des migrants alors que nos SDF sont toujours plus nombreux à chercher en vain un abri au cœur de l'hiver.
« Attention, Monsieur Pernaut, vous êtes sur une pente savonneuse... On ne vous sanctionne pas cette fois-ci, mais c'est un premier et dernier avertissement, tenez-le vous pour dit » fut grosso modo l'admonestation dirigée en l'encontre de l'insolent journaliste par le CSA saisi par quelques éminences politiquement correctes.

Le CSA en action.

Aujourd'hui, le CSA Police de la Pensée nouvelle mouture se prononce sur les clips vidéo de nos politiques à l'occasion de la Présidentielle.
Et là, tenez-vous bien, c'est du lourd : le CSA y interdit le drapeau national et l'hymne de la Marseillaise.
Ben quoi, vous ne riez plus ? C'est parce que vous n'avez pas bien compris la mission de la Conscience Supérieure et Adventiste du rayonnement de la Pensée Universaliste et Cosmique. En effet, la justification de cette décision est la suivante : la présentation de drapeaux bleu blanc rouge et la Marseillaise entraîneraient (sic) « un nationalisme délirant ». Fallait oser la sortir celle-là, le CSA l'a fait.

On élit donc celui qui dirigera le pays et le représentera aux yeux du monde, mais recourir dans le cadre de cette élection aux symboles les plus forts de ce pays est proscrit. C'est un peu comme si à l'élection du pape, les évêques étaient priés de ne pas arborer de croix ou autres signes ostentatoires de religion en raison d'un risque de « religiosité délirante ».
On est décidément dans un pays formidable.

On remarquera que le CSA ne s'est pas prononcé sur l'utilisation de drapeaux de pays du Maghreb dans les clips politiques. Hamon et Macreux sont sans doute rassurés.

Si la décision du CSA vous choque, c'est que vous n'avez pas bien saisi que la notion même de nation va à l'encontre de l'idéologie au pouvoir. Le pays, c'est mal. L'Europe, c'est mieux, mais le but à atteindre, c'est l'universalisme.

Si le drapeau tricolore est interdit en campagne électorale, il ne restera plus, provisoirement, que toléré dans les tribunes de terrain de foot. Et encore ! A terme, il pourrait bien y être banni, car jugé vestige de relents nationalistes ringards et dangereux.

En fait, on ne va donc plus élire le Président de la France, mais juste formaliser la nomination d'un vague fonctionnaire préalablement choisi par une élite médiatico-judiciairo-financière. Ce fonctionnaire sera là pour donner une apparence humaine à un consortium réduit de décideurs, et pour entériner la politique pensée uniquement dans l'intérêt du dit-consortium.

C'est plus clair maintenant, le rôle du CSA ?

D'ailleurs, à terme, l'électeur ne semblant pas moufter devant l'évolution des choses qu'imprime en loucedé depuis quarante ans ce consortium, il n'y a pas de raison pour que bientôt, on puisse se passer de ce cirque électoral. Cette nomination de fonctionnaire potiche se fera entre-soi. On laissera l'électeur vautré dans son canapé se gaver des ricanements crétins de quelques Ruquiers et des pitreries niveau CM1 d'Hanounas divers et variés.

Reste le 14 juillet. Cette date est aussi un vestige de nationalisme exacerbé que le CSA pourrait, - pourquoi pas, le niveau de léthargie du citoyen le permettant- bannir. Il devrait réduire la célébration de la fête nationale (« nationale », c'est déjà, en soi, un gros mot) à simplement trinquer, sans drapeau ni Marseillaise:
- « Allez, c'est le 14 juillet, je lève mon verre, et on passe à autre chose : y a « Touche pas à Mon Poste » ce soir à la télé. »
Et encore ! il pourrait bien être interdit de trinquer au champagne, boisson dont la connotation nationale est bien trop marquée.


Sérieusement, ne pensez-vous pas qu'il est très très largement temps de mettre un grand coup de karcher les 23 avril, 7 mai, 11 et 18 juin prochains dans cette insupportable dictature qu'est devenue la France ? L'interdiction de Marseillaise en période électorale, ça ne vous donne pas envie de crier "Aux armes, citoyens!"?

Et enfin, pour l'anecdote: saviez-vous que si le mandat de chaque membre du CSA est de 6 ans, il est payé pendant 7 ans? Il est donc officiellement en emploi fictif pendant un an... et pour un salaire annuel de 48 000 à 100 500 euros!!

3 commentaires:

  1. L'eau du bain chauffe tranquillement, pas de réaction...la grenouille est bientôt cuite à point...
    "La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des gens de bien"...
    Déjà trop tard pour se réveiller ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que vues les doses de média- tranxène qu'on leur fait prendre, aux gens de bien, ils ont de quoi dormir ou devenir complètement abrutis.

    RépondreSupprimer