Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

samedi 28 mai 2016

Vous allez rire: nous sommes en "état d'urgence"!!



Heureusement que nous sommes en état d'urgence! Imaginez si nous ne l'étions pas!

Oui oui oui, pour la troisième fois consécutive, notre gouvernement socialo a reconduit "l'état d'urgence". Il est bon en effet de le rappeler, parce que les événements de ces dernières semaines auraient comme une légère tendance à nous le faire oublier, n'est-ce pas ? Et ça serait dommage, car les occasions de rire un peu ne sont plus si nombreuses.

C'est, précisons-le, l'état d'urgence à la mode socialo, qui nous confirme ce que nous avons maintes fois constaté, à savoir l'incroyable efficacité de nos instances socialistes dans tout ce qu'elles entreprennent.

Il faut reconnaître que l'état d'urgence-troisième-reconduction a été allégé: l'intervention des forces de l'ordre chez des terroristes suspectés ne pourra plus se faire à n'importe quelle heure de la nuit comme lors des deux premières versions. Le gouvernement qui veille sur notre sécurité, a en effet décidé qu'il était trop cruel de priver les islamistes présumés de leur grasse matinée avant de les interpeller.

C'est donc en plein état d'urgence que des semaines durant, des va-nu-pieds gauchiards se sont accaparés une place publique parisienne aux dépens de la tranquillité et de la sécurité des riverains. Avec bien entendu les dégradations de biens publics et privés qui accompagnent généralement les exactions de nos démocrates gauchistes, altermondialistes et fascistes antifas.

C'est en plein état d'urgence que des manifestations, autorisées ou non, se sont tenues un peu partout dans le pays, la plupart du temps émaillées de violences, cassages et agressions délibérées des forces de l'ordre.
D'ailleurs, à ce sujet, Saucisson-Pinard aurait une suggestion à l'intention de Cazevide. Un véritable état d'urgence appliqué ne devrait-il pas permettre à des snipers du RAID de tirer à balles réelles dans les genoux d'une demi-douzaine de racailles prise en flagrant délit de lancer d'acide ou d'objets à portée létale ? 

Pas possible pour un sniper moyen de viser là?
Pour commencer, elles seraient ainsi plus facilement attrapées, puisqu'il semble que le score des manifestants interpellés soit à chaque fois plutôt lamentable. Et peut-être que, dans les cités de Saint-Denis et d'ailleurs, côtoyer des potes désormais en chaise roulante pour le reste de leur vie, serait de nature à refroidir certains excités encagoulés? L'essentiel serait évidemment de ne pas s'arrêter à une seule victime, pour ne pas personnaliser la démarche, façon Malik Oussekine. Il en faut ni trop ni trop peu. Assez pour avoir un effet dissuasif, et surtout pour ne pas permettre aux médias gauchiards, toujours prompts à s'émouvoir pour les « innocentes » victimes dès lors qu'elles sont un peu basanées, de donner un nom personnel unique à un symbole. Difficile de désigner aisément une supposée « bavure policière » sous le nom de « Mohamed-Aziz-Karim-Abdallah-Djamel-(Kevin si vous voulez) ». C'était juste une suggestion, en passant.

C'est en plein état d'urgence que lors d'une manifestation, un « interdit de manifester » s'est joint à trois autres racailles pour tenter de brûler vif deux flics dans leur voiture.

C'est en plein état d'urgence que trois de ces mêmes racailles interpellées pour tentative de meurtre ont été, urgemment (et c'est peut-être là que s'illustre le mieux l'urgence de l'état) relâchées par la Justice.

C'est en plein état d'urgence que des poignées de bas de plafond du Cancer Généralisé du Travail (comme disait Coluche) menacent de paralyser l'économie du pays.

C'est en plein état d'urgence que des barrages s'érigent sur les routes publiques. Des pneus enflammés laissent monter dans le ciel d'énormes volutes de fumées noires et nauséabondes sans qu'aucun écolo ne s'en émeuve. Le passant songe avec un peu d'effroi rétrospectif que les disciples de la Duflot de Conneries ont bien failli le menacer d'amendes s'il s'avisait de faire un innocent petit feu de bois dans sa cheminée, histoire de chasser l'humidité hivernale et égailler l'ambiance.

C'est en plein état d'urgence qu'un match de foot « sensible », le PSG-OM (qui tente à chaque fois de battre le record mondial du nombre de décérébrés au mètre-carré, avec, il faut le reconnaître, réussite), a vu l'introduction de fumigènes et autres objets et armes interdits dans les tribunes.

« Dis papa, c'est quoi un état d'urgence ? » « Ben, mon petit, l'état d'urgence ce sont des mots que des jean-foutres utilisent en pensant qu'ils rassurent les innocents et terrorisent les coupables. Alors qu'en fait, ils terrorisent les innocents et font rire aux larmes les coupables. »

Et c'est donc en plein état d'urgence et avec sa remarquable efficacité d'application démontrée qu'auront lieu l'Euro de football et le Tour de France.
Mesdames-mesdemoiselles-messieurs, bienvenue dans les fan-zones ! Surtout si vous êtes amateurs de feux d'artifices, de viandes saignantes et de diversité bienveillante.


8 commentaires:

  1. Nous sommes sur nos blogs respectifs, dans le même état d'esprit et de réflexion. Notre façon d'analyser les situations, nous amène à la même conclusion, et, au final, il est posssible de dire que notre France est peuplée en partie par des invertébrés incultes. Triste France, qui inlassablement trace sa route vers une décadence inéluctable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. kobus van cleef28 mai 2016 à 15:03

    ha , pour se fader le foutebaule, que ce soit à la télé ou au stade, faut aimer
    passionnant comme deux tortues qui s'enculent comme dit FMK

    mais il en est du foutebaule comme de tout le reste dans notre ci devant zoziété des loisirs

    tout cela ne fonctionne que par le biais de coûts indirects

    QUI voudrait payer au vrai prix les émissions de télé pour voir au hasard un animateur qui , lorsqu'il pète , troue son slip , s'il n'y avait pas la publicité qui rend quasi indolore le spectacle pour les abonnés?

    QUI voudrait payer le vrai prix de la retransmission des matches de foutebaule si les 14 myons de Zlatan devaient sortir de la poche des spectateurs et non de celle des annonceurs de pub?

    QUI voudrait aller écouter muriel robin, ou blaque M , si leurs tarifs n'étaient pas soutenus artificiellement par un habile système de péréquation , faisant de "l'art vivant" ( apparemment y en a un qui est mort , d'art ) vronzais le plus accessible au public? personne
    j'ai d'ailleurs à ce sujet une anecdote familiale; en voyage à nioullorque , je fut dans l'impossibilité de voir le moindre pestacle à broadway du fait de leur coût ( 100 $ au bas mot )....étonnement .....bin oui , c'est qu'en vronze TOUT est subventionné....mais ça rend pas les vronzais plus intelligents , d'aller voir des pestacles , hein, on dirait même que ça les rend plus cons

    RépondreSupprimer
  3. En même temps on peut vérifier que l'État d'Urgence, contrairement à ce que quelques pisse-vinaigre annonçaient, ne menace en rien la liberté d'enquiquiner les autres, un droit acquis de haute lutte par la CGT.

    RépondreSupprimer
  4. Cette fois, quand ça va saigner dans les fan zones, ça sera ptet pas que du bobo parigo-metalleux.
    Ça me fera pluss mal au coeur pour le Tour. En souvenir de mon papy.

    RépondreSupprimer
  5. Chacun l'applique comme il veut l'état d'urgence...pour l'état socialo il s'agit d'empêcher toute manif supposée de droite ( ah que n'ont-ils eu cet état d'urgence contre la manif pour tous ! ), en plus de faire semblant de lutter contre les "terrorisme"...et pour la CGT, il est urgent d'emmerder tout le monde et de bousiller ce qu'il reste d'entreprise en bonne santé ( comme d'hab )!
    Vous voyez bien que l'état d'urgence ça marche !

    RépondreSupprimer
  6. On l'a tous compris, si notre exécutif d'attardés voulait vraiment sévir sur les fouteurs de bordel, les solutions sont pléthoriques. Seulement voilà...
    L'état d'urgence à la française est une fumisterie élaborée par des fumistes. L'idéologie crasse de cette génération de socialistes mous du genou nettoie tout du sol au plafond, et nous offre ce spectacle de désolation sociétale. Pour ces pitres, tenter d'immoler par le feu un agent de police ne vaudra rien d'autre qu'un rappel à la loi. Même en état d'urgence...
    J'ai aussi exprimé mon dégoût de cette situation, utilisant l'humour pour ne pas en pleurer.
    Mais ça ne m'a pas débarrassé des nausées qui me hantent l'estomac, ni de cette colère larvée qui me tenaille de voir mon pays se laisser souiller de la sorte par tant d'inconsistance et d’irresponsabilité.
    Excellent billet, comme toujours.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  7. En effet, il faut reconnaître que ces gens-là ont une conception particulière des mesures à adopter en cas de péril public. Ils ont encore de la chance que les choses n'aient pas encore tourné au désastre complet...pourvu que ça dure!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer